ReliPress | RELIGIOUS LIFE PRESS
Décembre 2016

Le Clown d’Alep

Anas, 24 ans, il faisait le clown dans l’enfer de la Syrie pour porter espérance aux enfants.

Parmi tant d’histoires dramatiques qui proviennent de la Syrie martyr, on trouve le magnifique témoignage d’un jeune syrien de 24 ans, Anas al-Basha.

Sa famille a quitté Alep le dernier juillet, mais lui a décidé de rester dans la ville, faisant le clown pour offrir un sourire aux enfants, en les aidant ainsi à affronter le traumatisme du conflit civil.

Selon ce que le BBC rapporte, 250.000 personnes vivent en Alep parmi lesquelles il y a 100.000 enfants. Être sur la rue, c’est toujours un choix plein de risque. Cependant. Anas n’a pas eu peur d’affronter l’horreur de la guerre civile.

Anas est mort, mardi 29 novembre, durant un bombardement, conduit très probablement par le gouvernement dans le quartier de Mashahd, dans la partie orientale de la ville (AP).

Anas travaillait pour l’association ONG « Space for Hope » (espace pour l’espérance), qui promeut plusieurs initiatives pour les enfants (coopère avec 12 écoles dans la ville et fournit support psychologique à plus de 300 enfants qui ont perdu un des parent ou même tous les deux).

Anas s’est marié, ça faisait quelques mois et sa femme est encore prisonnière des bombardements.

Son frère Mahmoud al-Basha, sur la page de Facebook, s’est souvenu ainsi de lui : « Les russes et le régime d’Assad ont tué mon frère Anas. Anas qui a refusé de quitter Alep et a décidé d’y rester pour continuer son travail en tant que bénévole qui aide les civils et donne des cadeaux aux enfants d’Alep. Anas n’est pas un terroriste, il est un membre actif dans la société civil qui travail jour et nuit pour porter un sourire aux enfants syriens. Il a vécu pour faire rire les enfants, et leurs porter le bonheur dans le lieu plus ténébreux et dangereux au monde. Je n’étais même pas capable de lui faire le dernier adieu, ni même ma famille, car la ville d’Alep est assiégée ça fait 112 jours. Je suis fier de mon frère, au revoir mon cher. Repose en paix mieux que porter gentillesse dans un monde cruel ».

Ecrire un commentaire

* champ obligatoire

Lettre d'information

S'abonner à la lettre d'information

Suivez-nous sur..